Voler, une passion

Le milan royal est un virtuose des airs. / © Paul Miguel - Alamy Stock Photo / Erni - Shutterstock

Voler pour vivre ou vivre pour voler ? Les deux, répondrait certainement le milan royal. Morceaux choisis de sa philosophie aérienne.

Avatar de Sofia Matos
- Mis à jour le
Article d'origine par
Activité
  • Niveaux :
    • Cycle 2 - CE1
    • Cycle 2 - CE2
    • Cycle 3 - CM1
    • Cycle 3 - CM2
    • Cycle 3 - 6e
  • Lieu : En classe - À la maison
  • Ressource
© Paul Miguel - Alamy Stock Photo / Erni - Shutterstock

© Illustration : Éric Gasté

S’adonner à la voltige aérienne

Les couples, unis pour la vie, renforcent leurs liens par des rituels acrobatiques au printemps. Exemple ? Ces aéronefs amoureux montent en spirale, s’accrochent par les pattes et tombent ensemble en vrille. Ou ils jouent à lâcher des proies pour les rattraper.

© Illustration : Éric Gasté

S’accorder des siestes royales

Les manœuvres de vol pour chasser demandent énormément d’énergie. Pour l’économiser au mieux, le milan passe la plupart de son temps à somnoler sur un arbre ou à terre.

© Illustration : Éric Gasté

Ne pas trop y perdre ses plumes

Les plumes s’usent en vol et il faut les renouveler, mais pas toutes en même temps. Les rapaces muent progressivement d’avril à septembre et gardent ainsi leurs performances.

Migrer juste ce qu’il faut

Certains milans restent dans nos régions en hiver, tandis que d’autres, à l’âme plus vagabonde, font leurs valises pour le Sud. Destination l’Espagne, ou, grand maximum, l’Afrique du Nord.

Couverture de La Salamandre Junior n°112

Cet article est extrait de la Salamandre Junior
n° 112
Juin - Juillet 2017
Article Feuilletage

Articles sur le même sujet

Réagir