Vaste univers

Poisson-lune dans un vaste univers / © Franco Banfi - Biosphoto

Malgré son petit air dans la lune, ce poisson voyageur ne reste pas là, bêtement, à flotter. Très actif, il passe beaucoup de temps à chasser son plat préféré : la méduse !

Avatar de Sofia Matos

Article d'origine par
Activité
  • Niveaux :
    • Cycle 2 - CE1
    • Cycle 2 - CE2
    • Cycle 3 - CM1
    • Cycle 3 - CM2
    • Cycle 3 - 6e
  • Lieu : En classe - À la maison
  • Ressource
Magazine La Salamandre Junior 119 : Mission poisson lune n°119 Août - Septembre 2018
Pages 16-17

Dans l’immensité des océans

Avec de la chance, tu peux observer le poisson-lune depuis toutes les côtes françaises. Mais généralement, adulte, il ne vit pas si près. Son milieu, c’est le grand large ! Loin, très loin des côtes. Il nage en solitaire, entre 30 et 70 m de profondeur. Le poisson-lune a besoin d’espace !

Libellule un peu mouillée

© Eric Gasté

Amas de méduses

Par jour, une môle de 120 kg mange 70 kg de méduses. Elle doit donc avaler 175 méduses pour obtenir autant de calories que dans une baguette de pain.

Amas de méduses

© H. Tanaka - Shutterstock

Du gras pour défier la gravité

Pour se nourrir, le poisson-lune descend parfois jusqu’à plus de 500 m. Grâce à une bonne dose de graisse gélatineuse, il conserve sa chaleur durant ses explorations. Ce gras lui permet aussi de s’équilibrer et de résister à la pression des profondeurs.

La grenouille a froid

© Eric Gasté

Lune au soleil

Brr ! Après avoir chassé dans des profondeurs glaciales, il remonte à la surface, se couche sur le flanc et se réchauffe au soleil pour digérer.

Lune au soleil

© Gonzalo Jara - Shutterstock

Repas bizarroïdes

Cet omnivore préfère les êtres gélatineux, comme les méduses. Il complète ces repas de « flans de mer » par des calamars, crustacés, éponges, plancton ou algues. Composées à 99 % d’eau, les méduses ne sont pas très nutritives. Alors, il en mange É-NOR-MÉ-MENT !

Une navette très spéciale

Pour nager, le poisson-lune bat étrangement ses deux grandes nageoires. Un peu comme un oiseau renversé sur le côté. Avec ce « vol » unique au monde, il nage à une vitesse moyenne de 2,5 km/h. Soit ton rythme de marche pour aller à l’école. Et quelle endurance : il peut parcourir plus de 25 km en une journée.

Couverture de La Salamandre Junior n°119

Cet article est extrait de la Salamandre Junior
n° 119
Août - Septembre 2018
Article Feuilletage

Réagir