Suites cachées dans les cônes et les tournesols

Activité scolaire et éducative dans la nature : Une pomme de pin. / © Gabriela Fürer

Activité scolaire et éducative dans la nature : Les enfants cherchent dans les cônes et les tournesols des suites cachés.

Avatar de SILVIVA
- Mis à jour le
Article d'origine par
Activité
  • Niveaux :
    • Cycle 2 - CE2
    • Cycle 3 - CM1
    • Cycle 3 - CM2
    • Cycle 3 - 6e
  • Domaines :
    • Mathématiques
    • Questionner le monde
    • Enseignement moral et civique (EMC)
  • Lieu : Cour de l’école - Parc - Forêt - Haie - Prés - Jardin - Eau
  • Matériel : sous-main, crayons, papier
  • Ressource
Livre Enseigner dehors Pages 68

Exercice :

L’enseignant dit : « Regardez ce cône (cette fleur de tournesol) en détail. Que remarquez-vous ? » Ensemble, on récolte un grand nombre de cônes – si on ne se trouve pas, dans un jardin, plein de tournesols. Les écailles des cônes, et les graines des tournesols, sont placées en spirales. On trouve deux sortes de spirales : celles qui tournent à gauche, et celles qui tournent à droite. On essaie de compter le nombre de spirales tournant à droite et à gauche sur chaque cône / chaque tournesol. Un cône a par exemple 3 spirales vers la gauche, et 5 spirales vers la droite. Un autre en a 5 vers la gauche et 8 vers la droite. Étonnamment, on trouve toujours les mêmes chiffres ! Si on les note du plus petit au plus grand, on obtient la suite suivante :

3 5 8 13 – comment cette suite continue-t-elle avant et après ? Exact, il faut toujours additionner les deux derniers chiffres, ce qui donne le chiffre suivant.

Cette suite a été découverte par le mathématicien Leonardo Fibonacci (1170-1240) et se nomme « suite de Fibonacci ». Elle se cache également dans la famille des fleurs « composées » : chardons, cactus, têtes de choux, ainsi que dans les cônes des résineux. Le nombre de spirales tournant à gauche et à droite est toujours différent selon les espèces : On en trouve 5 et 8 dans les cônes de pin, 8 et 13 dans les cônes d'épicéa, 13 et 21 dans les fleurs de pâquerette, 34 et 55 dans les fleurs de tournesol.

Comment les plantes savent-elles qu'elles doivent se former d'après cette suite ? A quoi cela sert-il ? On fait travailler notre imagination, car personne n'a encore trouvé la réponse définitive…

Suites possibles

Avec le matériel qui nous reste, on fabrique un Sudoku géant.

On continue avec l'activité « Symétries ».

Enseigner dehors

Cet article est extrait de Enseigner dehors

Articles sur le même sujet

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Les commentaires sont fermés.