Quel sang-froid !

Quel sang-froid, l'aspic / © Realy Easy Star/Massimo Piacentino - Alamy

Pas d’affolement. La vipère a un sang-froid à toute épreuve et une super technique de chasse en 4 temps.

Avatar de Sofia Matos
- Mis à jour le
Article d'origine par
Activité
  • Niveaux :
    • Cycle 2 - CE1
    • Cycle 2 - CE2
    • Cycle 3 - CM1
    • Cycle 3 - CM2
    • Cycle 3 - 6e
  • Domaines : Sciences et technologie
  • Lieu : En classe - À la maison
  • Ressource
Magazine

Ssssauve qui peut…

Ses prédateurs ? Rapaces, corbeaux, chats, fouines...

La vipère aspic est un animal commun mais devenu rare ! Le danger n° 1 reste l’homme : ses cultures, ses routes, ses villes, plus ceux qui la tuent par peur. Pourtant, elle n’est pas agressive envers l’homme. Elle s’enfuit face à lui et n’injecte son venin qu’en cas d’ultime défense.

Plus de cachettes…

Haies, buissons, vieux murs de pierres, rives… la vipère a besoin d’un milieu ensoleillé et de cachettes. Mais ces recoins sont souvent rasés...

Cachettes de l'aspic / © Benoît Outrey - Biosphoto

Aspic : l'échauffement / © Aurélien Cantou

L’échauffement

Les reptiles sont des animaux à sang froid : la température de leur corps dépend de la météo ! La vipère se réchauffe d’abord au soleil ou sous une roche comme dans un four.

Aspic : l'affût / © Aurélien Cantou

L’affût

La chasseuse se cache à l’ombre d’un buisson. Patiente, elle guette l’arrivée de sa proie : un lézard, un rongeur, une musaraigne…

Aspic : l'attaque / © Aurélien Cantou

L’attaque

Tchak ! La vipère mord le rongeur, enfonce ses crochets et injecte son venin. Soit elle ne le lâche plus, soit elle le libère. Mais son poison agit vite… et elle retrouve sa proie un peu plus loin.

Aspic : l'engloutissement / © Aurélien Cantou

L’engloutissement

Elle avale son repas… sans le mâcher. Gloups ! grâce à sa mâchoire extensible. Puis elle le digère au soleil. Eh oui, en dessous de 10 °C, elle devra régurgiter sa proie. À 25 °C, sa digestion dure 3 jours ! Après, elle peut vivre plusieurs mois sans manger... Cinq mulots et musaraignes par an, c'est suffisant !

Bonne température

Elle est au top de sa forme, quand elle a atteint 30 à 32 °C. Pour se protéger du froid l'hiver, elle hiberne à l'abri.

Sam impressionée par la résistance de l'aspic à la chaleur / © Eric Gasté

Couverture de La Salamandre Junior n°124

Cet article est extrait de la Salamandre Junior
n° 124
Juin - Juillet 2019
Article Feuilletage

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».