Pissenlit ou Salsifis ?

Le pissenlit et le salsifis / © Bob Gibbons (gauche) / Krystyna Szulecka Photography (droite)

Avec Sam apprends à différencier le pissenlit du salsifis !

Avatar de Claire Kowalski

Article d'origine par
Activité
  • Niveaux :
    • Cycle 2 - CE1
    • Cycle 2 - CE2
    • Cycle 3 - CM1
    • Cycle 3 - CM2
    • Cycle 3 - 6e
  • Lieu : En classe - À la maison - Parc - Forêt - Jardin

Le pissenlit

Identification :

Famille : Astéracées

Floraison : avril à octobre

Milieu : prairies grasses et pâturages, chemins, friches

Altitude : plaine, montagne

Taille : 30 à 60 cm

Vivace : vit plusieurs années

Chargement

Capitule formé de nombreuses petites fleurs jaune vif

Capitule fermé

Tige creuse, sans feuille

Feuille en rosette, dentée (dent-de-lion)

Nettoyage de printemps

Malgré des surnoms peu appétissants comme « salade de taupe » ou « laitue de chien », le pissenlit est l’une des rares plantes sauvages que l’on consomme encore. Car il est connu pour aider la digestion et offrir une vraie cure printanière de minéraux et vitamines. Ses feuilles sont 70 fois plus riches en vitamine A qu’une orange ! Attention, c’est un diurétique : gare au pipi au lit.

Du caoutchouc en fleur ?

© Eric Gasté

Lait végétal

La racine du pissenlit s’enfonce loin dans le sol, jusqu’à 2 m. Comme chez le salsifis, si on brise la racine ou la tige, il en sort un suc laiteux, sorte de lait : c’est du latex ! On s’en servait pour fabriquer le caoutchouc durant la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, des chercheurs tentent même de créer une variété modifiée du pissenlit pour produire du caoutchouc en quantités industrielles.

Un repas de fleur

© Eric Gasté

Fleurs à croquer

Les fleurs de pissenlit décorent joliment les salades et y apportent un agréable goût de pollen. On peut aussi en faire une gelée couleur or, au goût proche du miel !

Le salsifis

Identification :

Famille : Astéracées

Floraison : mai à août

Milieu : prairies, chemins

Altitude : plaine, moyenne montagne

Taille : 30 cm à 1 m

Bisannuelle : vit 2 ans

Chargement

Capitule formé de petites fleurs jaune clair

Feuille étroite et pointue, sans dents

Bout des étamines brun-violet

Capitule souvent fermé

Barbe-de-bouc

Tiens, quel drôle de nom pour un salsifis. D’où ça vient ? La plupart du temps, son capitule est fermé pour protéger ses petites fleurs, laissant juste dépasser quelques poils blancs ou brunâtres… façon barbichette ! Il ne s’ouvre que le matin, surtout quand le soleil est au rendez-vous. Le repas est alors servi pour de nombreux pollinisateurs, également fans du pissenlit.

© Eric Gasté

Friandise des prés

Il existe une variété de salsifis non sauvage aux fleurs violacées, que l’on appelle justement le salsifis cultivé. Sa longue racine blanche, charnue et douce, ainsi que ses jeunes pousses se mangent. Le salsifis des prés sauvage est lui aussi comestible. Le top ? Son bouton floral (c’est-à-dire le capitule avant floraison), très tendre et un peu sucré.

Le vent dans les cheveux !

© Eric Gasté

Parachutistes en herbe

Qui n’a pas soufflé sur un pissenlit en fruits pour faire voler ses graines plumeuses comme des parachutes ?
Il en reste une petite tête rasée, d’où son surnom : « tête de moine ». Le salsifis en fruits se disperse de la même façon : il ressemble au pissenlit… en plus grand !

Couverture de La Salamandre Junior n°117

Cet article est extrait de la Salamandre Junior
n° 117
avril - mai 2018
Article Feuilletage

Articles sur le même sujet

Réagir