Moi, moche ?

Anatomie de la mouche / © Wnarong - Shutterstock

Je suis au contraire une petite merveille de la nature ! Admire d’un oeil neuf mon anatomie si bien pensée. Ne suis-je pas belle à ma manière ?

Avatar de Sofia Matos
- Mis à jour le
Article d'origine par
Activité
  • Niveaux :
    • Cycle 2 - CE1
    • Cycle 2 - CE2
    • Cycle 3 - CM1
    • Cycle 3 - CM2
    • Cycle 3 - 6e
  • Lieu : En classe
  • Ressource
Magazine
  • Poids de la mouche : 0.012g seulement !
  • Tsé quoi ? Avec ma vitesse de 11 km/h, je parcours 200 fois ma taille en une seconde. Ma cousine la mouche tsé-tsé atteint 60 km/h, un record !
  • Mouche automate : Une fois enclenché, le battement des ailes se fait tout seul. À ce rythme, 200 par seconde, mon cerveau n’arriverait pas à suivre !
  • Voir une tapette sans même tourner la tête ! Chaque facette est orientée vers un point différent pour couvrir 360°.

Ailes membraneuses

J’ai une paire d’ailes fines, souples et résistantes, actionnées par 17 paires de muscles puissants et capables de faire des virages serrés.

Seulement 0.012g, une plume d'oiseau pèserait plus lourd ! / © Océane Meklemberg

Super-haltères

Raté, ils ne servent pas pour la muscu ! Ces deux organes, en forme de massues, vibrent de haut en bas dans le sens inverse des battements d’ailes pour me stabiliser. Une question d’équilibre.

Elle possède deux organes qui permettent de la stabiliser / © X-off - iStock

Poils hypersensibles

Mon corps est recouvert de poils sensoriels qui sentent le mouvement, les odeurs, les températures et les consistances.

Yeux kaléidoscopiques

Ils sont constitués de 6 000 petits « yeux », les facettes. Avec ces milliers d’infos visuelles, mon cerveau compose une seule image.

Antennes surprises

Mes « oreilles » et mon « nez » sont situés sur les antennes. Mes récepteurs olfactifs arrivent à capter une odeur à 2 ou 3 km.

Pattes ventouses

Marcher sur une vitre ou atterrir au plafond la tête à l’envers ? Fastoche ! Des exploits que je réalise au quotidien grâce à de petites griffes et des coussinets adhésifs.

Les pattes de la mouche lui permettent de gravir n'importe quoi / © Océane Meklemberg
Couverture de La Salamandre Junior n°113

Cet article est extrait de la Salamandre Junior
n° 113
Août-Septembre 2017
Article Feuilletage

Articles sur le même sujet

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».