4 victimes du réchauffement

© Fotolia

Avec l'augmentation des températures, la montagne et sa faune sont directement menacés. Zoom sur quatre espèces qui ont trop chaud.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Publié par

Après une immersion au cœur du froid dans le Valais, la Minute Nature se dirige vers Chamonix. Au pied du mont Blanc se trouve le centre de recherche en écologie alpine, sa directrice Anne Delestrade est une spécialiste des animaux du froid.

Anne Delestrade, comment le réchauffement climatique se traduit-il dans les Alpes ?

L'augmentation des températures est plus important dans les Alpes que dans le reste de l'Europe. Le réchauffement est même deux fois plus important en montagne. Les Alpes se sont déjà réchauffées de 2°C en 100 ans. Le paramètre qui change le plus rapidement est la neige. En cinquante ans, la durée de l'enneigement annuel a diminué d'en moyenne 40 jours. Cela a un impact important sur beaucoup d'espèces qui dépendent de la neige.

Pourquoi la neige est-elle importante ?

La neige est un super isolant contre le gel. C'est aussi une rétention d'eau énorme qui se libère au printemps. Cette eau est essentielle pour le démarrage des plantes alpines.

Les marmottes sont-elles menacées par le réchauffement ?

Elles ne supportent pas bien la réduction de l'enneigement. On a observé une augmentation de la mortalité des jeunes marmottes pendant les hiver moins enneigés. La hauteur du manteau neigeux doit être assez impotante pour isoler le terrier du froid.

Le lièvre variable est lui dépendant de la neige

Le lièvre variable devient blanc en hiver pour se camoufler dans la neige. Le changement de pelage est activé par la diminution de la durée du jour, sans lien avec la température. Cela donne souvent des lièvres variables blancs sans qu'il y ait de neige en montagne. Ils sont alors mal camouflés et sont bien plus sensibles à la prédation.

Le lagopède alpin, symbole du froid

Comme le lièvre variable, le lagopède change de couleur. Cet oiseau n'aime pas la chaleur en été. Avec le réchauffement il est obligé de monter de plus en plus haut en altitude pour trouver de la fraicheur. Il pourrait perdre 90% de son territoire dans le Massif du Mont Blanc d'ici 2100.

Les grenouilles, menacées par les étés trop chauds

Les amphibiens bénéficient dans un premier temps de l'augmentation des températures. La fonte précoce provoque une ouverture plus rapide des mares. Les grenouilles pondent donc plus tôt. Cependant, les sécheresses estivales de plus en plus fréquentes assèchent les mares et font mourir les têtards.

Retrouvez l'interview complète d'Anne Delestrade dans le nouveau numéro de la Revue Salamandre. Abonnez-vous dès maintenant !

La Salamandre vous invite, tous les deux mois, à découvrir la beauté d’une nature authentique à travers le regard de rédacteurs, photographes et dessinateurs passionnés. Un rendez-vous à ne pas manquer pour vivre mille rencontres insolites, en partant à la rencontre d’animaux petits et grands ou de plantes incroyables qui vivent tout près de chez vous.

Articles sur le même sujet

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».