Il court, il court …

Il court, il court le lièvre / © Ruben Smit - Alamy Stock Photo

Quand le lièvre s’en va explorer son grand territoire, dîner ou retrouver les siens, c’est souvent à toute allure !

Avatar de Pascale Hédelin
- Mis à jour le
Article d'origine par
Activité
  • Niveaux :
    • Cycle 1 - MS
    • Cycle 1 - GS
    • Cycle 2 - CP
    • Cycle 2 - CE1
  • Lieu : En classe - À la maison
  • Ressource
Magazine La Petite Salamandre 11: Champion le lièvre n°11 Avril - Mai 2017
Pages 16-17

Bolide à ressort

Il ne marche pas, mais avance par bonds. Il détend d’un coup ses pattes arrière et toc ! il se reçoit sur ses pattes avant. Il peut ainsi détaler à plus de 60 km/h, plus vite qu’une voiture en ville ! Son cœur bat alors très très vite.

© Han Bouwmeester- Alamy Stock Photo

La course des amoureux

Quand les lièvres sont amoureux, les mâles poursuivent les femelles à toutes pattes. Démarrages soudains, crochets, bonds, rondes infernales… Les derniers arrivés sont les perdants !

© Émilie Vanvolsem

Un peu de natation : C’est aussi un bon nageur. Il peut traverser un cours d’eau pour aller se nourrir ou pour échapper à un chien de chasse, qui perdra ainsi sa trace.

Après l’effort, le réconfort

Ouf, un peu de repos ! Pour s’abriter, le lièvre ne creuse pas de terrier, mais il a différentes cachettes, les gîtes : un lit douillet entre des racines, au creux des herbes ou d’un buisson. Là, il s’aplatit et se tapit, bien camouflé.

Menu vert pour athlète : La nuit, c’est l’heure de manger. Au menu : plantes, racines, fleurs, bourgeons, baies, jeunes pousses, ou encore légumes des champs !

Ruses de sioux

Un renard le poursuit ? Rusé, le lièvre file tout droit… puis soudain, il tourne à angle droit, si vite que son ennemi n’a pas le temps de l’imiter. Autre feinte : il tourne, tourne et revient sur ses pas pour brouiller sa piste.

Couverture de La Petite Salamandre n°11

Cet article est extrait de la Petite Salamandre
n° 11
Avril - Mai 2017
Article Feuilletage

Articles sur le même sujet

Réagir