Highland Dancing – Danse traditionnelle

Activité scolaire et éducative dans la nature : des enfants dansent sur "Jean petit qui danse". / © Gabriela Fürer

Activité scolaire et éducative dans la nature : les enfants apprennent les danses des Highland et mettent en pratique leur savoir faire devant un jury.

Avatar de SILVIVA
- Mis à jour le
Article d'origine par
Activité
  • Niveaux :
    • Cycle 1 - MS
    • Cycle 1 - GS
    • Cycle 2 - CP
    • Cycle 2 - CE1
    • Cycle 2 - CE2
    • Cycle 3 - CM1
    • Cycle 3 - CM2
    • Cycle 3 - 6e
  • Domaines :
    • Éducation physique et sportive (EPS)
    • Enseignement moral et civique (EMC)
  • Lieu : Cour de l’école - Parc - Forêt - Prés
  • Matériel : 2 bâtons ou épées en bois, év. iPod et haut-parleurs
  • Ressource

Exercice :

Traditionnellement, les danses des Highland n'étaient pratiquées que par les hommes, vêtus de leur costume clanique. Entre ces danses, se pratiquaient également des danses de guerre, comme Ghillie Calum, la danse de l'épée, qui consistait pour les hommes à exécuter des pas de danse rapides, entre deux épées entrecroisées, posées à même le sol. Les danses traditionnelles sont aujourd'hui également souvent pratiquées par des femmes et des enfants. Pour notre public-cible, deux variantes sont possibles : soit chaque clan présente une danse traditionnelle que l'on a étudiée auparavant en classe, soit il crée une chorégraphie dansée sur une mélodie traditionnelle écossaise. Dans cette discipline, on entraine la danse et la chorégraphie.

Préparation :

L'enseignant propose un morceau de musique : soit la classe a déjà appris la danse qui va sur cette musique, soit chaque clan invente une chorégraphie sur cette musique. Ces préparatifs se font de préférence à l'intérieur. Pour le choix de la danse de l'épée, chaque enfant s'entraîne avec deux bâtons entrecroisés.

Déroulement :

Chaque clan présente sa danse, dans l'idéal à l’extérieur, sur un terrain plat, comme cela se pratique traditionnellement. Les spectateurs chantent un morceau connu, plutôt lent, ou l’enseignant fait passer le morceau sur l’iPod.

Les spectateurs jugent :

  • Est-ce que les membres du clan dansent sur le rythme de la musique ?
  • Est-ce qu'ils font les mouvements justes ?
  • Si le groupe a créé une chorégraphie : est-ce que celle-ci va avec la musique ? Est-elle originale (compétence de créativité) ?

Pour chaque clan, les spectateurs se mettent d’accord pour une notation entre 0 et 10 points.

Ci-dessous, un exemple d’une danse traditionnelle :

© Ghillie Calum partition

« Ghillie Calum » est une danse qui se pratique en solo : chaque enfant danse seul autour de deux bâtons entrecroisés ; pour la représentation on peut remplacer les bâtons par des épées en bois. Voici ci-dessous une version simplifiée de la danse traditionnelle (des versions de la danse originale peuvent être visionnées sur internet).

« Ghillie Calum » se pratique sur la pointe des pieds (pour simplifier on peut danser les pieds posés à plat sur le sol).

Variante très simple :

On s'incline devant les épées. Premier tour du morceau : on tourne en pas chassés autour les épées. Un pas chassé est : droite-gauche-droite, gauche-droite-gauche. Deuxième tour : on fait un pas chassé dans chaque carré formé par les épées, jusqu'à la fin du morceau.

Variante complexe :

On s'incline devant les épées.

Premier tour du morceau : on tourne en pas chassés autour les épées.

Deuxième tour : maintenant, on danse dans les carrés formés par les épées. Les premiers deux pas sont de nouveau des pas chassés : droite-gauche-droite dans un carré (photo 1), puis gauche-droite-gauche dans l’autre carré (photo 2). Tous les autres pas sont sautés pieds joints. On commence par le pied droit.

© Gabriela Fürer
© Gabriela Fürer
© Gabriela Fürer
© Gabriela Fürer
© Gabriela Fürer
© Gabriela Fürer
© Gabriela Fürer
© Gabriela Fürer
© Gabriela Fürer
© Gabriela Fürer
© Gabriela Fürer
© Gabriela Fürer
© Gabriela Fürer

On répète cette figure quatre fois, sur les quatre côtés des épées. Les yeux regardent toujours vers le milieu, là où les épées se croisent. On ne devrait pas toucher les épées pendant la danse. Dans la danse traditionnelle il y a encore un troisième tour, plus compliqué (il s’agit de sauter en diagonale par-dessus les épées), qu'on laisse ici tomber.

Suites possibles

On cherche à connaître les joutes sportives et danses traditionnelles actuellement pratiquées par différents peuples à travers le monde.

Enseigner dehors

Cet article est extrait de Enseigner dehors

Articles sur le même sujet

Réagir