Grosse frousse, petites frimousses

Grosse frousse, petites frimousses d'aspic / © FLPA/Emanuele Biggi - Agefotostock

Dans la famille vipère : les mâles jouent à se faire peur pour faire des petits et les femelles jouent leur peau pour leurs vipereaux.

Avatar de Sofia Matos
- Mis à jour le
Article d'origine par
Activité
  • Niveaux :
    • Cycle 2 - CE1
    • Cycle 2 - CE2
    • Cycle 3 - CM1
    • Cycle 3 - CM2
    • Cycle 3 - 6e
  • Domaines : Sciences et technologie
  • Lieu : En classe - À la maison
  • Ressource
Magazine

Sueurs froides

Au printemps, les mâles cherchent des femelles… S’ils rencontrent des concurrents, ils se livrent à des combats : corps à corps, tête dressée…

Le but : abaisser la tête de l’adversaire, sans tricher avec une morsure mortelle. Le moins froussard l’emporte et peut se reproduire avec la femelle.

Famille d'aspic / © Maxime Briola
Belle famille ! / © Eric Gasté

Même famille

En Suisse, on trouve la vipère péliade, une cousine de l’aspic qui préfère le froid. En France, il y a aussi la vipère d’Orsini (Alpes du Sud) et la vipère de Séoane (Pays Basque).

Elle joue sa peau…

La femelle reste au soleil pour que ses petits grandissent... Puis elle ne mange plus, plus de place dans son ventre ! Un jour d’août à octobre, c’est le moment : elle relève la queue et pousse ses 6 à 12 vipereaux l’un après l’autre ! Après, elle n’a que la peau sur les os et met 2 ans pour retrouver la forme.

Débrouille et trouille

Les vipereaux ne naissent pas dans des œufs ! Contrairement aux serpenteaux des couleuvres. Ils pèsent déjà 4 grammes pour 20 cm de long. Avec un venin actif dès la naissance, les petits sont capables de se défendre et de chasser tout seuls comme des grands. Mais ils ne survivront pas tous dans ce monde dangereux…

Serpents / © Maxime Briola
Sauvez les serpents ! / © Eric Gasté

À la rescousse !

Il faut sauver la vipère aspic ! Elle est en danger.

Bonne nouvelle : il existe des sauveteurs de serpents qui les protègent et sauvegardent leur milieu. Comme ces herpétologues (spécialistes des reptiles) qui ont réintroduit une centaine de vipères en Suisse.

Couverture de La Salamandre Junior n°124

Cet article est extrait de la Salamandre Junior

n° 124  Juin - Juillet 2019
Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».