Gros dormeur

Loir endormi / © C. McKie - Biosphoto

L’hiver approche. Pour survivre au froid et au manque de nourriture, le loir entre en hibernation : il dort profondément, pendant 7 longs mois. Ne pas déranger jusqu’en mai !

Avatar de Pascale Hédelin
- Mis à jour le
Article d'origine par
Activité
  • Niveaux :
    • Cycle 1 - MS
    • Cycle 1 - GS
    • Cycle 2 - CP
    • Cycle 2 - CE1
  • Ressource

Abri souterrain

Pour hiberner, le loir s’installe souvent dans un terrier. Sous terre, il est à l’abri des ennemis et il fait un peu meilleur. Là, il se roule en boule et s’endort, parfois collé à ses compagnons pour avoir plus chaud.

© Eric Gasté

Au ralenti

Peu à peu, sa température descend de 35 °C environ à 3,7 °C (la température moyenne dans ton réfrigérateur). Son cœur bat très lentement. Et il ne respire plus que 1 à 3 fois par minute, au lieu d’une centaine de fois. Il vit au ralenti.

Au régime

Pendant l’hibernation, sa couche de graisse l’aide à se protéger du froid, comme un manteau. Elle lui offre aussi une réserve d’énergie :
son corps puise dedans pour rester en vie. Résultat : sa graisse diminue, et au printemps, le loir aura bien maigri !

© blickwinkel/Wothe - Alamy

Miam, des provisions !

De temps en temps, le loir se réveille. Il a alors besoin de manger pour refaire le plein d’énergie. Heureusement, ce petit futé avait stocké des provisions dans son abri. Cric croc, il grignote. Puis au dodo à nouveau !

© Eric Gasté

Un bon gros dodo

Lorsque quelqu’un dort profondément, on dit qu’il « dort comme un loir » !

Couverture de La Petite Salamandre n°14

Cet article est extrait de la Petite Salamandre
n° 14
Octobre - Novembre 2017
Article Feuilletage

Articles sur le même sujet

Réagir