Flûte de mai

Activité scolaire et éducative dans la nature : enfant avec une flûte. / © Gabriela Fürer

Activité scolaire et éducative dans la nature : les enfants réalisent une flûte avec des éléments naturels.

Avatar de SILVIVA
- Mis à jour le
Article d'origine par
Activité
  • Niveaux :
    • Cycle 2 - CP
    • Cycle 2 - CE1
    • Cycle 2 - CE2
  • Domaines :
    • Agir, s’exprimer, comprendre à travers les activités artistiques
    • Éducation musicale
  • Lieu : Cour de l’école - Parc - Forêt - Haie - Prés - Jardin - Eau
  • Matériel : 1 rameau de frêne et 1 couteau de poche par enfant
  • Ressource
Livre Enseigner dehors Pages 133-134

Exercice :

La fabrication d'une flûte de mai demande un savoir-faire avancé dans l'utilisation du couteau de poche. Cet exercice nous fait comprendre comment une flûte fonctionne.

On fabrique les flûtes de mai au printemps, quand la sève des arbres monte et que l'on peut aisément enlever l'écorce des bâtons sans la détruire. L'arbre le plus adapté est le frêne, mais on obtient aussi de bons résultats avec le saule, le noisetier et le sorbier des oiseleurs. Il faut un rameau vert et droit par enfant, d'un diamètre du pouce. Le rameau devrait avoir une longueur de 15-20 cm. A une extrémité, il peut avoir une ramification. L'enseignant prépare par avance les rameaux, ou il demande au propriétaire du terrain la permission de couper du bois vert.

Coupe de biais l’extrémité la plus fine – c'est le bec.

© Gabriela Fürer

10 cm plus bas, on fait une encoche autour du bâton. A cet endroit, on va enlever l'écorce du bois.

© Gabriela Fürer

Avec le couteau fermé, tape sur la partie entre l'encoche et le bec en faisant plusieurs tours, jusqu'à ce que l'écorce se décolle du bois.

© Gabriela Fürer

Délicatement, enlève l'écorce du bois en la tournant, puis remets-la en place en tournant. Si cet exercice s'avère difficile, laisse tremper le rameau dans l'eau, et essaie de nouveau après quelques minutes.

© Gabriela Fürer

A 2 cm au-dessus de la fin du bec, coupe quelques millimètres tout droit dans le bâton. Ceci devient notre trou d'air.

© Gabriela Fürer

Coupe de biais vers la coupure droite. On enlève le morceau de bois, et notre trou d'air est fait.

© Gabriela Fürer

Enlève l'écorce du bois

© Gabriela Fürer

Prend le bois. Du trou d'air vers la fin du bec, fais une incision horizontale et fine. Et voilà notre canal d'air.

© Gabriela Fürer

Coupe le bec de ton bois exactement à l'encoche.

© Gabriela Fürer

Mets le bec en bois dans l'écorce.

Mets l'autre partie du bois au-dessous dans l'écorce – et joue. La hauteur des notes change si tu pousses le bois plus ou moins dans l'écorce.

© Gabriela Fürer

Au début, cela ressemble un peu à des miaulements de chat mais, avec un certain entraînement, on arrive à jouer de jolis morceaux. Est-ce qu'on arrive à jouer une chanson de mai ensemble ? Peut-être même à deux voix ?

Variante jardin : vous pouvez fabriquer le même instrument à partir d'une carotte.


Suites possibles

Verrillon : on écoute l'œuvre « Wassermusik » de Georg Friedrich Händel et on compare avec les sons que l'on a entendus dans la Nature. Musique : Perception, culture

On écoute une composition classique pour verrillon. Quelles images, quels sentiments surgissent ? On dessine une ambiance.

Bâtons sonores : on compare différentes variantes de xylophones traditionnels et leur musique : le balafon d'Afrique de l'Ouest, le marimba du Guatemala, le morceau intitulé « Fossiles » du « Carnaval des Animaux » de Camille Saint-Saëns.

Enseigner dehors

Cet article est extrait de Enseigner dehors

Réagir