Flashé à 389 km/h

Faucon pèlerin en piqué. / © Marco Preziosi

Le faucon pèlerin plane aussi bien qu'une buse, mais peut aussi se transformer en missile foudroyant. Comment passe-t-il de l'un à l'autre?

Avatar de Alessandro Staehli
- Mis à jour le
Article d'origine par

Une fois encore, le grand corbeau s'est aventuré trop près de son nid. Alors, le faucon pèlerin bascule dans le vide et se lance à la poursuite de l'intrus en battant vigoureusement des ailes. Une fois dépassée la crête qui marque la limite de son territoire, le rapace abandonne la chasse et revient en glissant devant la paroi. Profitant d'une ascendance thermique, il dessine de larges cercles et prend rapidement de l'altitude. Il dépasse bientôt une buse variable qui tourne elle aussi dans la même bulle d'air chaud... Comment se fait-il qu'un oiseau taillé pour de folles chutes libres soit aussi un pro du vol plané ?
Ses ailes découpées en faux et son poids relativement élevé permettent au faucon pèlerin d'atteindre des records de vitesse.

389 km/h, telle est son record absolu enregistré dans la nature par la National Geographic Society. C'est la cadence d'un TGV lancé en vitesse de pointe. Peut-être même va-t-il plus vite encore? En tout cas, Falco peregrinus bat à plate couture tous les autres oiseaux et évidemment tous les animaux terrestres.
En même temps, sa grande envergure et la faible profondeur de ses ailes minimisent les frottements et lui permettent des vols planés extrêmement efficaces. Mais rassurez-vous. Le champion des airs a tout de même des limites. Pas question de se faufiler au fond des bois pour attraper un merle comme un autour des palombes. La grande vitesse imposée par la géométrie de ses ailes implique un large rayon de virage. Impossible de zigzaguer brusquement entre des branches ou d'effectuer un rabattement trop serré... à moins de se casser la figure.

Un faucon flashé à 389 km/h

© Marco Preziosi

Rapide par nature

Quand il explore son territoire, le faucon pèlerin alterne vol battu et courts planés. La fréquence du battement de ses ailes est de 5 à
6 par seconde pour une vitesse de croisière de 50 à 60 km/h. En revanche, il est pratiquement incapable de voler plus lentement.

Un faucon flashé à 389 km/h

© Marco Preziosi

Eclair de plumes

Le pèlerin utilise son légendaire vol en piqué au moment des parades ou à la phase finale des attaques. Tête enfoncée dans les épaules, ailes repliées jusqu'à la queue, il devient un obus à l'aérodynamisme presque parfait. En prenant un angle de chute de 60°, il atteint une vitesse de 200 km/h en 150 mètres de dénivelé. Plus grandes et lourdes que les mâles, les femelles sont aussi les plus rapides.

Acarien vs faucon

Le faucon pèlerin est-il vraiment l'animal le plus rapide ? Relativement à son échelle, c'est Paratarsotomus macropalpis qui bat tous les records. En une seconde, cet acarien de la taille d'une graine de sésame franchit 322 fois la longueur de son corps. Pour assurer une vitesse comparable, un homme devrait parcourir 555 mètres dans le même temps. Falco peregrinus de son côté franchit 200 fois sa longueur en une seconde. Moins que le petit invertébré californien, mais autant qu'un avion de chasse. Quant au guépard, le mammifère le plus rapide, il ne parcourt lors de ses pointes à 110 km/h que 16 fois par seconde la longueur de son corps.

Couverture de La Salamandre n°229

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 229
Août - Septembre 2015
Article Feuilletage

Réagir