Curiosités et exploits du troglodyte

Un troglodyte mignon, minuscule oiseau qui construit son nid dans les endroits les plus divers. / © Denis Clavreul

Il est l'oiseau le plus petit du continent, mais chasse furieusement ses congénères et possède un chant parmi les plus puissants. Zoom sur le troglodyte mignon.

Avatar de Alessandro Staehli
- Mis à jour le
Article d'origine par

Poids plume

10 grammes pour 10 cm de longueur : le troglodyte mignon est l’un des oiseaux les plus petits du continent, la première place ex aequo revenant aux roitelets huppé et à triple bandeau. C’est le seul représentant européen des troglodytidés, une famille diversifiée dans le Nouveau Monde. Son nom scientifique Troglodytes signifie qui pénètre dans les cavités. Une appellation parfaite pour ce faufileur né.

Curiosités et exploits du troglodyte - La Salamandre dessin

© Denis Clavreul

Trêve froide

Territorial presque toute l’année, le troglodyte chasse furieusement ses congénères. Les treet-tsek qui manifestent son irritation s’entendent souvent dans les haies ou les tas de bois. Par grands froids, ces petites boules agitées hissent le drapeau blanc même si ce n’est que pour une nuit. Ils se serrent alors les uns contre les autres pour se tenir chaud. Au matin, chacun reprend sa vie solitaire. Ces dortoirs communs comptent généralement moins de dix individus, bien qu’un groupe de 61 ait exceptionnellement été observé.

Curiosités et exploits du troglodyte - La Salamandre dessin

© Denis Clavreul

Marteau chanteur

Malgré sa taille minuscule, le troglodyte possède un chant parmi les plus puissants du monde des oiseaux. Par temps calme, ses strophes portent à plus de 500 m, soit 5'000 fois la longueur de son corps. C’est comme si la voix d’une cantatrice s’entendait à 8,5 km. Le volume sonore de ses trilles atteint 90 dB, soit le bruit d’un TGV lancé à 300 km/h perçu à 25 m.

nid Curiosités et exploits du troglodyte - La Salamandre dessin

© Denis Clavreul

Logements pour troglos

Des landes alpines jusqu’au bord de la mer, le troglodyte s’accommode de toutes sortes de milieux à condition qu’il y ait des haies, des buissons ou des tas de branches où nicher. Il construit ses nids à faible hauteur aux endroits les plus divers, des anfractuosités rocheuses aux souches, en passant par les arbres creux et les arbustes. Cet opportuniste peut même s’installer dans la poche d’une vieille veste oubliée au fond du jardin.

Approchez vous un peu plus du troglodyte en lisant notre article, un macho si mignon.

Couverture de La Salamandre n°239

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 239
Avril - Mai 2017
Article Feuilletage

Réagir