Cumulus ou Cumulonimbus ?

© Anilakkus - iStock, Viooltje - Shutterstock

Face-à-face de la Salamandre Junior 119 : Mission poisson-lune

Avatar de Rédaction

Article d'origine par
Activité
  • Niveaux :
    • Cycle 2 - CE1
    • Cycle 2 - CE2
    • Cycle 3 - CM1
    • Cycle 3 - CM2
    • Cycle 3 - 6e
  • Lieu : En classe - À la maison
  • Ressource
Magazine La Salamandre Junior 119 : Mission poisson lune n°119 Août - Septembre 2018
Pages 24-25
© Anilakkus - iStock

Identification

  • Altitude : bas, entre 300 et 6 000 m
  • Saison : surtout l’été
  • Formé de : gouttelettes d’eau

Les moutons du ciel

Cumulus signifie « amas » en latin. Eh oui, ce nuage ressemble à un petit paquet boursouflé et moutonnant. Il se forme grâce à une colonne d’air chaud et humide qui s’élève en son centre, puis se refroidit au contact de l’air froid et sec d’altitude. En se refroidissant, la vapeur d’eau se condense alors en gouttelettes, c’est-à-dire en nuage. Tadam !

Petit frère deviendra grand

À sa naissance, ce nuage est riquiqui et déchiqueté, c’est le cumulus fractus. Puis il grandit et devient floconneux et aplati, voici le cumulus humilis. Né l’après-midi, il est inoffensif et finit par disparaître. Né le matin, il grossit et cache le soleil : c’est le cumulus mediocris. Il ne lâche pas de pluie, mais son humeur se gâte ! Enfin, place au cumulus congestus, un chou-fleur de plusieurs milliers de kilomètres de haut pouvant donner de courtes averses.

Sam face à un cumulus

© Eric Gasté

À la traîne

Après le passage des cumulonimbus, quelques petits cumulus apparaissent souvent car la météo est encore instable. Un tel temps est appelé ciel de traîne.

Cumulus à la traîne

© Eric Gasté

© Viooltje - Shutterstock

Identification

  • Altitude : recouvre plusieurs étages, entre 300 et 21 000 m
  • Saison : surtout l’été
  • Formé de : gouttelettes d’eau en bas et cristaux de glace en haut

Attention, orage à l’horizon

Le cumulonimbus, c’est le responsable des fortes averses, de la grêle, des orages ou des tornades ! Sous les tropiques, l’énergie qu’il renferme équivaut parfois à celle d’une bombe atomique. Les courants d’air qui le parcourent atteignent la vitesse folle de 145 km/h, sa quantité d’eau avoisine 1 million de tonnes et sa taille 18 km de haut. C’est le plus grand nuage !

Grand frère violent

Il naît de plusieurs manières : soit par un cumulus qui a bien grandi, soit par l’arrivée d’un front froid qui chasse l’air chaud. Résultat : des cristaux de glace apparaissent au sommet du cumulonimbus. D’abord un énorme nuage se forme, le cumulonimbus calvus, c’est-à-dire chauve. Un vrai nuage d’orage avec pluie et éclairs. Puis c’est le cumulonimbus capillatus, autrement dit chevelu : sa partie supérieure s’étale avant de disparaître…

Sous la pluie

© Eric Gasté

Courte vie

La vie d’un cumulonimbus dure moins d’une heure. Il apparaît vite et déverse peu après sa pluie en trombe. Les longs orages sont une succession de cumulonimbus.

Cumulonimbus à la forme généreuse

© Eric Gasté

Couverture de La Salamandre Junior n°119

Cet article est extrait de la Salamandre Junior
n° 119
Août - Septembre 2018
Article Feuilletage

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».