Bouvreuil pivoine ou pinson des arbres ?

Bouvreuil pivoine et pinson des arbres / © schnuddel - iStock.com (gauche) / scooperdigital - iStock.com (droite)

Quelles sont les différences entre le bouvreuil pivoine et le pinson des arbres ? Découvre le dans cet article.

Avatar de Rédaction
- Mis à jour le
Article d'origine par
Activité
  • Niveaux :
    • Cycle 2 - CE1
    • Cycle 2 - CE2
    • Cycle 3 - CM1
    • Cycle 3 - CM2
    • Cycle 3 - 6e
  • Ressource

Bouvreuil pivoine

Identification

Taille : 15,5 à 17,5 cm

Habitat : forêts de plaine et de montagne, préfère les conifères

Nourriture : graines, bourgeons et chatons d’arbres, insectes, araignées

Nid : fait de brindilles, petites racines, lichens, mousses, duvets végétaux

Cris : « diuh » doux et mélancolique

© schnuddel - iStock.com

Calme et discret

Le bouvreuil vit en petits groupes, à l’abri des regards dans les branchages. On le repère surtout à ses cris flûtés et mélancoliques. Pendant la période de reproduction, il ne cherche pas la bagarre et ne chante pas à tue-tête pour défendre son territoire et le nid. Il est très émotif : les ornithologues qui le capturent pour le baguer le manipulent avec grand soin pour ne pas le stresser… à mort !

Pouldo tend l'oreille

© Eric Gasté

Un peu rouillé ?

En tendant l’oreille, tu peux l’entendre chanter de janvier à juillet. C’est un mélange haché de notes grinçantes, de trilles et de soupirs. Il fait penser aux roues mal graissées d’une brouette ! Quand l’hiver est rigoureux, il a parfois la visite de son cousin venu du nord qui pousse un cri nasal « de trompette » : on le surnomme bouvreuil trompetant !

Gourmand

Malgré ses rondeurs, le bouvreuil est agile. Il peut manger la tête en bas ! En se nourrissant, il lui arrive d’émettre une sorte de murmure de satisfaction.

Pinson des arbres

Identification

Taille : 14 à 16 cm

Habitat : se contente du moindre bosquet (forêts, parcs, cultures...)

Nourriture : insectes, araignées, bourgeons de fleurs, jeunes pousses, graines, baies

Nid : fait de mousses, tiges, racines, lichens, toiles d’araignées, duvets et camouflé par de l’écorce

Cris : « huit » ou « tchink-tchink » aigu

© scooperdigital - iStock.com

Pas touche à mon territoire !

Dès février, le pinson mâle fait le tour de sa propriété pour la défendre. Il se poste bien en vue sur des points stratégiques. Infatigable, il égrène alors son refrain plusieurs centaines de fois par heure !
Un peu monotone, on te l’accorde ! Mais s’il se taisait, le printemps serait moins joyeux… C’est de là que vient l’expression « gai comme un pinson ».

Crap se colle la langue

© Eric Gasté

Drôles d’habitudes

Tu repéreras souvent le pinson quand il sautille ou marche sur le sol pour récupérer les graines tombées. Pour que son gésier broie cette nourriture coriace, il ingère… des petits cailloux ! Encore plus étonnant : il boit la sève qui s’écoule des arbres blessés. Pour nettoyer son bec de la résine collante, il racle le sel couvrant les vieux murs, appelé salpêtre.

T’es d’où, toi ?

Contrairement aux apparences, la célèbre strophe du pinson comporte des variations subtiles entre individus. On a même pu les classer en différents dialectes selon les régions !

Couverture de La Salamandre Junior n°104

Cet article est extrait de la Salamandre Junior
n° 104
Février - Mars 2016
Article Feuilletage

Articles sur le même sujet

Réagir