À l’attaque !

Le faucon fend sur sa proie pour la piéger par surprise / © Marion Vandenbroucke

Le pirate des airs ne laisse rien au hasard. Il connaît ses atouts : sang-froid, rapidité et précision. Et son point faible : il est incapable de changer brusquement de direction. Sa technique de chasse est donc bien rodée. Ou plutôt ses techniques de chasse…

Avatar de Fleur Daugey
- Mis à jour le
Article d'origine par
Activité
  • Niveaux :
    • Cycle 2 - CE1
    • Cycle 2 - CE2
    • Cycle 3 - CM1
    • Cycle 3 - CM2
    • Cycle 3 - 6e
  • Lieu : En classe - À la maison
  • Ressource
  • Du haut de son perchoir, il guette sa prochaine proie… En voilà une ! Il se lance dans le vide. Le mouvement de ses ailes est ample et énergique. C’est un vol de placement, qui lui permet de calculer tous les paramètres : trajectoire, force du vent, obstacles…

  • Go ! Il replie les ailes et les pattes contre son corps et se transforme en un missile qui file à toute vitesse.

Technique 1 : lier la proie

  • Si l’oiseau ne l’a pas repéré, le faucon ralentit un peu avant l’impact puis projette ses serres, comme s’il le cueillait. Sa victime est juste étourdie ? Il l’achève en lui brisant le cou avec le bec !
© Jim Zipp Bird Photography

Technique 2 : le buffetage

  • Si l’oiseau tente de s’échapper, il le percute avec ses serres tendues en avant. Il peut le casser en deux, voire lui exploser le dos ! Après un virage serré, le faucon descend et rattrape la proie encore en l’air.
© Jim Zipp Bird Photography
  • Il repart avec l’oiseau dans ses serres jusqu’à son lardoir : l’endroit où il va le plumer, le dépecer et le manger.

Chasse gardée

Lorsqu’il s’élève au-dessus de son territoire, il pratique le vol battu et le vol à voile : il étend les ailes et la queue, et plane sans effort jusqu’à plusieurs centaines de mètres d’altitude. Il atteint 50 à 60 km/h.

Mangeur d’oiseaux

Il capture des oiseaux de taille moyenne : étourneaux, pies, choucas, corbeaux, corneilles, mésanges, pigeons, merles, geais, grives…

Touché, tué !

Il ne réussit en moyenne que 1 attaque sur 10. Mais quand il touche sa cible, elle n’a aucune chance d’en réchapper !

Couverture de La Salamandre Junior n°101

Cet article est extrait de la Salamandre Junior
n° 101
Août - Septembre 2015
Article Feuilletage

Articles sur le même sujet

Réagir