Lecture d’image : méthodologie

Méthodologie lecture image nature, école salamandre / © Olivier Born

À l’école, les élèves apprennent à lire et analyser des textes : documentaire, poésie, roman… Moins des images. Or, le visuel est devenu incontournable et exerce une influence croissante sur les jeunes publics. Autant leur donner quelques clés d’analyse ! C’est tout l’objectif de cette rubrique.

Avatar de clemence
- Mis à jour le
Publié par
Activité
  • Niveaux :
    • Cycle 3 - CM1
    • Cycle 3 - CM2
    • Cycle 3 - 6e
  • Lieu : En classe

Voici quelques éléments méthodologiques qui vont vous permettre d’aller plus loin avec votre classe dans l’analyse de tous types d’images : photographie, affiche, illustration… L’ objectif ? Utiliser cette grille méthodologique en tout ou partie, à l’écrit ou à l’oral. Notre conseil : s’en servir lors de séquences courtes et ciblées en fonction de l’image. À force de se poser des questions sur les images qui les entourent, les élèves vont acquérir des automatismes et des méthodologies d’analyse.

1- Le type d’image

C’est la toute première question à se poser ! De quel type d’image s’agit-il ? D’où est-elle extraite ? Un magazine, un film, un livre… Parmi les types d’images, on retrouve : une photographie d’actualité, documentaire, d’art, de carte postale… une affiche publicitaire, cinématographique, politique… une illustration (BD, dessin d’humour ou caricature, infographie…) une œuvre d’art (peinture, gravure…)

2- Le paratexte

Auteur, date, titre… En général, on trouve ces informations dans le crédit associé à l’image, dans l’article ou dans la légende. Connaître l’auteur aide à mieux comprendre et analyser une image, tout comme savoir à quelle époque ou pour quel support elle a été réalisée. On inscrit ainsi l’image dans un contexte signifiant.

  • Qui est l’auteur de l’image ?

  • Quelle est la date de création et/ou de publication ?

  • Où a-t-elle été publiée ? Pays, support (journal, livre, galerie d’art…) ? Où l’œuvre d’art est-elle conservée ?

  • Quel est le titre de l’image ?

3- Le sujet

C’est ce qui est, sans doute, le plus aisé pour les élèves : raconter, préciser, spécifier ce qu’ils ont sous les yeux. Qu’est-ce qui est représenté sur l’image ? Quel est le sujet, la thématique principal(e) ? Il s’agit de personnages, connus ou pas, d’animaux, d’objets, d’un paysage, d’un événement historique, d’une scène célèbre… Pour y répondre, on peut se poser ces 5 grandes questions :

  • Qui ou quoi ?

  • Quand ?

  • Où ?

  • Pourquoi ?

  • Comment ?

À partir de tous ces éléments, les élèves peuvent désormais faire une présentation construite et contextualisée de l’image.

4- La première impression

Avant d’analyser strictement une image, on commence par donner sa première impression. Pour parler d’une image, on peut commencer par les phrases :

  • L’image symbolise… / évoque… / fait référence à…

  • L'image suggère…

  • L'image donne l’impression de…

  • L'image exprime un sentiment de…

  • À partir de cette première impression, on va utiliser les outils d’analyse suivants pour montrer l’intention de l’auteur et l’effet produit.

5- Le cadrage

C’est le cadre qui définit l’intention de l’auteur ! C’est la première question qu’il se pose : « qu’est-ce que je veux montrer ? » Et tout ce qui ne figure pas dans le cadre (on parle de hors-champs) a été jugé – par lui et à ce moment-là – comme non digne d’intérêt.

  • vue d’ensemble : scène de vie, foule…

  • portrait : d’hommes ou d’animaux (gros plan, plan américain (à la taille), en pied…)

  • nature morte : objets, fruits, plantes, fleurs…

  • paysage : naturel, ville et habitat, monuments…

6- La composition

Là encore, on peut lire l’intention de l’auteur. Par sa composition, l’auteur indique le point fort, là où se situe le sujet. Il dirige l’oeil du lecteur : « c’est là que tu dois regarder », « c’est ça que je veux te montrer ».

Les plans :

  • 1er plan : c’est souvent là que se trouve le sujet principal
  • Second plan : il permet, par exemple, à l’auteur d’ajouter un élément complémentaire du sujet pour appuyer son propos ou bien encore un élément comique pour le dédramatiser au contraire.
  • Arrière plan : le fond a autant d’importance que le sujet car il occupe parfois 80% de l’image. C’est le décor, le contexte dans lequel le sujet se trouve. Il ne doit pas être confus ou trop chargé.

La règle des tiers :

  • les lignes : l’image est virtuellement découpée – façon un puzzle – en 9 cases par deux lignes verticales et deux lignes horizontales.
  • les points d’intersection des lignes : ce sont les points forts de l’image : c’est ici que l’auteur place son sujet !

La prise de vue :

  • De face ou frontal : à hauteur d’homme, tout simplement.
  • En plongée : c’est l’image d’un sujet se trouvant en dessous de l’appareil photo. Autrement dit, c'est une vue par le dessus. Cette prise de vue a tendance à écraser, réduire le sujet.
  • En contre-plongée : c’est l’image d'un sujet se trouvant au-dessus de l'appareil photo. Cette fois, il s’agit d'une vue par le dessous… Cette prise de vue a tendance à rendre important, grandir le sujet.

7- Les effets

Pour renforcer l’effet produit pour le cadrage, la composition et la prise de vue, l’auteur va jouer avec différents effets. Attention, il ne les utilise jamais tous en même temps sur une même image. Cela annulerait l’effet recherché.

  • Le flou et le net : un arrière-plan complètement flou va permettre de détacher le sujet ; un arrière-plan moyennement flou va isoler le sujet tout en ne gommant pas le contexte par exemple.

  • Le mouvement : c’est un instant que l’auteur saisit ! En figeant le mouvement complètement ou bien en le montrant par un léger effet de flou (d’une chute d’eau, d’un cycliste roulant très vite…), le mouvement apparaît.

  • La lumière et l’ombre : c’est ce qui donne tout son contraste à l’image. La lumière va permettre d’éclairer un sujet, l’ombre va lui donner du relief.

  • Les lignes graphiques : ce sont ses lignes naturelles de l’image – placées intentionnellement par l’auteur – qui vont guider le regard vers le sujet.

  • Les couleurs : les couleurs chaudes sont les jaunes, rouges, orangés ; les froides sont les bleus, verts et violets.

8- Et aussi :

Dans le cadre d’une affiche, d’une illustration notamment, on peut aussi porter son attention sur les choix :

  • des polices de caractère : plutôt enfantine ou très sérieuse

    • du graphisme : plutôt doux et rond, par exemple
    • Tous ces éléments disent beaucoup du message que l’auteur veut faire passer et de la cible à laquelle il veut s’adresser.
  • Pour analyser une image, vous devez donc :

  • Décrire objectivement (« ce que je vois »)

  • Mettre en contexte (« ce que je sais »)

  • Interpréter et critiquer (« ce que j’en déduis »)

Pourquoi analyser une image ? Parce que les images, quel que soit leur type, ont forcément quelque chose à nous apprendre. Ce message visuel a son propre langage, avec ses propres codes, et a toujours une ou plusieurs fonction(s) : communiquer, convaincre, persuader, critiquer, montrer, etc.

Articles sur le même sujet

Réagir