La chauve-souris, reine de la nuit !

Attention, la chauve-souris n’est pas un oiseau ! Les élèves apprendront à la différencier avec le merle noir pour la reconnaître comme étant un mammifère volant. Ils connaîtront précisément son régime alimentaire composé d’insectes. La chauve-souris faisant partie des animaux nocturnes, ils apprendront à en nommer certains. Enfin, ils découvriront comment se propagent les ondes sonores qu’utilise la chauve-souris pour repérer ses proies.

La valse des chauves-souris
© Émilie Vanvolsem
Avatar de Ghislaine Deborde

Publié par

La fiche en bref

  • Niveaux :
    • Cycle 2 - CP
    • Cycle 2 - CE1
  • Domaines :
    Questionner le monde
    • Français

  • > Voir toutes les disciplines

  • Durée totale : 2h45

La fiche élève complète

Ressource(s) de la fiche

Magazine
Si différents !  - Comparer chauve-souris et oiseau

Objectif(s) spécifiques

  • Différencier les chauve-souris et les oiseaux à partir de leurs caractéristiques physiques.

La séance en bref

  • Différencier les chauve-souris et les oiseaux à partir de leurs caractéristiques physiques.

Fiche élève

Déroulement de l’activité

  • Proposer aux élèves de lire à plusieurs voix la page 4 du Téquitoi sur la chauve-souris. Un élève joue le rôle de Sam et un autre joue le rôle de la chauve-souris.
  • Proposer aux élèves de comparer la chauve-souris avec un oiseau (ici, nous avons choisi le merle noir).
  • Former des binômes et leur distribuer la fiche “Si différents !”. Projeter la fiche pour mieux y voir les détails ou projeter d’autres photos de merles ou de chauve-souris.
  • Demander aux élèves de bien observer les 2 animaux et de remplir le tableau de la fiche “Si différents !”.
  • Faire une remontée collective au tableau.
  • Apporter des précisions pour différencier les oiseaux des mammifères. Bien préciser que la chauve-souris est le seul mammifère volant et qu’elle possède des mamelles pour allaiter ses petits.
  • Proposer de visionner une vidéo sur chaque animal pour mieux les connaître.

Correction

Jean Chevallier, Alexandre Prévot
tableau-chauvesouris-oiseau-correction / © Jean Chevallier, Alexandre Prévot

Prolongement

  • Proposer de faire la fiche péfagogique de la Petite Salamandre n°7 sur la BD de Sam :
Quel régime ?  - Grille de mots croisés sur le régime alimentaire

Objectif(s) spécifiques

  • Mémoriser l’orthographe de certains mots.
  • Connaître le régime alimentaire de la chauve-souris.

La séance en bref

  • Mémoriser l’orthographe de certains mots.
  • Connaître le régime alimentaire de la chauve-souris.

Fiche élève

Déroulement de l’activité

  • Proposer aux élèves de lire à plusieurs voix la page 5 du Téquitoi sur la chauve-souris. Un élève joue le rôle de Sam et un autre joue le rôle de la chauve-souris.
  • Si vous n’avez pas abordé l’activité précédente, proposer de lire à deux voix la double-page entière.
  • Après lecture ou rappel, proposer de faire un quiz par équipe où l’activité sera d’écrire sur l’ardoise le mot correspondant à la définition dite oralement. L’équipe doit s’entendre sur l’orthographe du mot.
  • Proposer de composer 4 équipes hétérogènes.
  • Voici des propositions de définitions :
    • Elle a parfois une forme de croissant. / lune
    • C’est la partie d’un arbre juste au-dessus du sol. / tronc
    • La chauve-souris adore les manger, ils sont tout petits. / moucherons
    • C’est le mode de déplacement de la chauve-souris / voler ou vol
    • Elle délimite un terrain et peut être en bois. / barrière
  • Vous pouvez proposer d’autres définitions et d’autres mots, voire même les mots des mots croisés proposés dans cette activité. Vous pouvez aussi dessiner le mot à trouver.
  • Demander aux élèves de se remémorer quels aliments mange la chauve-souris. Réponse : mouches, moucherons, moustiques. Précision : elles mangent aussi d’autres insectes (papillons, éphémères…) en gros tout ce qui est petit et qui vole.
  • Leur demander alors quel est le régime alimentaire de la chauve-souris. Leur proposer de trouver précisément la réponse en complétant la fiche “Quel régime ?” à faire individuellement comme exercice d’application ou en équipe suivant le niveau de vos élèves.

Correction

Chargement...

Prolongement

  • Proposer de lister d’autres animaux insectivores et ensuite vérifier les hypothèses en complétant les informations à partir du site Vikidia.
  • Proposer de faire des recherches sur les différentes chauve-souris avec le miniguide 75.
  • Proposer de visionner en entier l’émission “C’est pas sorcier” sur les chauve-souris :
Les animaux nocturnes  - Nommer les animaux nocturnes

Objectif(s) spécifiques

  • Durée : 30 min
  • Ressource : Ø
  • Matériel : vidéoprojecteur, tableau
  • Lieu : classe

La séance en bref

  • Durée : 30 min
  • Ressource : Ø
  • Matériel : vidéoprojecteur, tableau
  • Lieu : classe

Fiche élève

Déroulement de l’activité

  • Proposer aux élèves de faire un brainstorming, c’est-à-dire un remue-méninges, sur les animaux nocturnes. Définir que “nocturne” signifie “qui vit la nuit”. Noter toutes les propositions au tableau. Réponses possibles : chouette, hibou, renard roux, luciole, chauve-souris, blaireau, chevreuil, castor, loup, rongeur, chat, crapaud, grenouille, hérisson, papillons de nuit, luciole
  • Leur faire découvrir au travers de vidéos, certains animaux nocturnes. Enlever le son et demander aux élèves de deviner les animaux. Faire des arrêts sur image si nécessaire.
  • Réponses tirées de la Minute nature : chevreuil, blaireau, loup ou renard, castor, musaraigne, chat domestique, crapaud, fouine, hérisson.
  • Réponses tirées du film sur La nuit : blaireau, chouette effraie, hibou moyen duc, chouette hulotte, chauve-souris, sanglier, laie et marcassins, hibou grand duc, hibou moyen duc, campagnol (proie du hibou), rainette, chouette hulotte, loup, corneille, biche, sanglier, rainette, grue
  • Précision pour les enseignants : certains animaux sont actifs à la fois de jour et de nuit (musaraigne, crapaud, chat, chevreuil, renard). Ils ne sont pas strictement nocturnes.
  • Leur demander de donner quelques caractéristiques qui permettent aux animaux nocturnes de vivre la nuit par rapport aux 4 sens suivants :
    • vue : la pupille peut s’élargir fort pour faire entrer dans l’œil un maximum de lumière sur la rétine, celle-ci possède des capteurs de lumière très nombreux = les bâtonnets, et l’œil est muni d’une sorte de miroir réfléchissant pour amplifier la lumière. On le voit quand on regarde un chat avec une lampe de poche par exemple.
    • odorat : très sensible surtout chez les mammifères qui communiquent beaucoup à l’odeur ou chez certains papillons de nuit aux antennes plumeuses (eh oui, ils sentent avec leurs antennes).
    • ouïe : très développée, par exemple chez les hiboux : la forme de leur tête, un disque un peu enfoncé, fait office de parabole pour amplifier les sons.
    • toucher : les moustaches des mammifères ou les poils à la base du bec des hiboux, les vibrisses, sont sensibles au toucher : pratique pour repérer des obstacles comme les parois d’un terrier ou d’un arbre creux ou pour bien détecter les proies qu’ils consomment.
  • Expliquer ensuite la luminescence qu’utilisent les vers luisants femelles en émettant de la lumière pour attirer les mâles. Cette lumière est produite par une réaction chimique à l’intérieur du corps, vers l’arrière-train.
  • Distribuer la fiche “Les animaux nocturnes” à faire individuellement. Faire reformuler la consigne collectivement. Pour ceux qui ont des difficultés à écrire les noms, leur proposer la liste des animaux nocturnes.

Correction

Galerie corrigée :

  • chouette
  • hibou
  • renard
  • luciole
  • blaireau
  • chevreuil
  • hérisson
  • crapaud

Prolongement

  • Possibilité de créer un imagier des animaux nocturnes.
  • Proposer de réaliser des fiches pédagogiques de certains animaux nocturnes cités comme celle du hibou, du renard, de la chouette, du blaireau, du hérisson, du crapaud
  • Proposer de créer la liste des animaux nocturnes de nos régions en visionnant une vidéo sur le crépuscule. Proposer un jeu de reconnaissance en enlevant le son de la vidéo. Les élèves doivent nommer au fur et à mesure les animaux qui apparaissent.
Du son !

Objectif(s) spécifiques

  • Connaître le principe de l’onde sonore et de l’écho.

La séance en bref

  • Connaître le principe de l’onde sonore et de l’écho.

Fiche élève

Déroulement de l’activité

  • Demander aux élèves quels mots leur viennent quand on leur dit le mot « son ». Réponses possibles : bruit, musique, écouter, entendre, voix, instruments, aigu, grave, sourd, malentendant, ouïe... Ils diront aussi tous les phonèmes de la langue française ! Leur préciser que le travail porte sur les sciences et non pas la lecture !
  • Leur demander d’expliquer avec leurs mots ce que c’est le son. Difficile question, leur expliquer que le son est une vibration, une onde. Elle se déplace d’un endroit où elle est produite jusqu’à notre oreille.
  • Proposer plusieurs expériences faciles à réaliser pour comprendre la propagation du son.
    • Le son dans les matériaux solides : frapper doucement un coup sur la table, puis l’élève colle son oreille et frappe de nouveau.
      • Remarque : on entend différemment, même plus fort le son quand on pose l’oreille contre la table.
      • Conclusion : le son se propage mieux dans les matériaux solides que dans l’air.
    • Le son dans l’eau : écouter le clic clac d’une montre à aiguilles placée à 20 cm de l’oreille. Puis, poser cette montre au fond d’une bassine remplie d’eau. L’élève pose son oreille en dessous de la surface.
      • Remarque : on peut entendre le clic clac de la montre plus fort.
      • Conclusion : le son se propage mieux dans l’eau que dans l’air. Par exemple, les cétacés communiquent facilement, même s’ils sont très éloignés !
    • Le son dans une ficelle : utiliser le yaourtophone. Laisser les enfants tâtonner.
      • Remarque: pour que le yaourtophone fonctionne, il faut que la ficelle soit bien tendue, sinon le son n’arrive pas jusqu’à l’oreille.
      • Conclusion : l’onde sonore se propage sur la ficelle tendue et dure.
    • Le son dans un coquillage : placer un coquillage contre son oreille.
      • Remarque : on entend la mer. Est-ce possible ? Réponse : non. Alors qu'est-ce qui produit ce son ? Laisser les enfants donner des propositions. Leur rappeler que le son rebondit contre le coquillage.
      • Conclusion : quand on place un coquillage à l’oreille, le son qu’on entend est celui que fait le corps (la respiration, le sang qui circule, le cœur qui bat).
  • Possibilité de réaliser d’autres expériences comme :
    • regarder les vibrations d’une enceinte qui émet du son.
    • observer les vidéos avec les verres en cristal remplis d’eau. On voit les vibrations.
  • Proposer de visionner un bout de l’émission “C’est pas sorcier” sur les ondes sonores. Certaines notions peuvent être compliquées mais cela complète bien ce qui vient d’être expérimenté.
  • Leur expliquer que, à la suite de la vidéo, ils ont appris que le son dans l’air va à une vitesse de 340 m par seconde. En montagne, quand le son rencontre une paroi rocheuse, il revient à mon oreille, repart, revient… On appelle ça : l’écho. C’est ce qu’utilise la chauve-souris pour repérer ses proies dans le noir. Montrer la vidéo suivante sur l’écholocation :
  • Leur distribuer la fiche “Du son !” qui reprend les mots du champ lexical du son. Cette fiche est à faire individuellement. Expliquer la consigne si c’est la première fois que les élèves font ce genre d’exercice.

Correction

Chargement...

Prolongement

  • Proposer de prolonger cette activité sur le son avec le domaine de la musique :
    • Remplir des bouteilles en verre avec différents niveaux et taper dessus. Selon la quantité d’eau dans la bouteille, la note est différente.
      • Moins il y a d’eau dans la bouteille, plus la note est grave.
      • Plus il y a d’eau dans la bouteille, plus la note est aiguë.
    • Les instruments de musique produisent du son.
      • Les caisses de résonance : il faut que la peau soit tendue. Selon la forme, la taille, le matériau de la caisse de résonance, le son sera différent. Quand on pose le doigt sur la peau du tambour, on la sent vibrer. Si on appuie, le son s’arrête immédiatement.
      • Les instrument à corde : plus la corde est tendue, plus le son est aigu. On peut voir vibrer la corde, et si je pose mon doigt dessus, le son s’arrête tout de suite. Aussi, plus la corde plus fine, plus elle sonnera plus aigu.
  • Proposer de faire de la prévention auditive avec les dangers du son.
    • D’abord expliquer comment l’oreille est formée avec son tympan, les plus petits os du corps humain (les osselets : marteau, enclume et étrier), la cochlée et le nerf auditif relié au cerveau. À l’intérieur de cette cochlée en forme de limaçon, il y a des petits cils qui vibrent et transmettent le message sonore à notre cerveau.
    • À partir d’un certain seuil, ces petits cils se cassent et on entend moins bien voire plus du tout. Si l'on s’expose à un son trop fort pendant une fête, un concert ou avec des écouteurs, il faut porter des bouchons d’oreille ou mettre le volume au minimum dans les écouteurs.
Bioacoustique et sons de la nature
Fréquences sonores comparées de divers animaux et événements géologiques. / © Jean-Luc Wisard
Bioacoustique et sons de la nature
Du désert au décollage d'une fusée, intensité comparées (en décibels) de divers animaux, engins ou situations. / © Jean-Luc Wisard
Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

La présentation des fiches pédagogiques évolue !

vignette

Suite à nos rencontres avec des enseignants, nous avons fait évoluer la présentation des fiches pédagogiques pour correspondre encore mieux à vos besoins :


  • meilleure visibilité du déroulé de la séquence en classe ;
  • rédaction d’objectifs spécifiques ;
  • amélioration de l’impression des fiches avec notamment la possibilité d’imprimer la séquence complète, la fiche élève complète, la fiche élève de chaque séance (exercice) ;
  • Les fiches sont désormais consultables sur smartphone et tablette.

Bonne visite et n’hésitez à nous faire vos retours sur cette nouvelle présentation.



L’équipe d’École Salamandre