Écrire un récit d’aventure

Sais-tu que certains animaux, certains très très gros et d’autres tout petits, parcourent des milliers de kilomètres chaque année pour revenir finalement toujours à leur point de départ ? Eh oui ! Alors choisis un de ces animaux aventuriers qui doit surmonter mille obstacles et laisse libre cours à ton imagination pour nous raconter son histoire !

© Aurélien Cantou - Salamandre Junior n°135 (avril-mai 2021).
Avatar de Vanessa Aleyrangues
- Mis à jour le
Publié par

La fiche en bref

  • Niveaux :
    • Cycle 3 - CM2
    • Cycle 3 - 6e
  • Domaines :
    Français
    • Sciences et technologie

  • > Voir toutes les disciplines

  • Durée totale : 6h00

La fiche élève complète

Quelles aventures !  - Après un temps de recherche sur l’animal migrateur de ton choix, rédiger un texte retraçant ses aventures

Objectif(s) spécifiques

  • L’élève sera capable de tenir compte des caractéristiques du « récit d’aventure » pour écrire son texte.
  • L’élève sera capable d’écrire un texte, de le corriger et de l’améliorer.

La séance en bref

  • L’élève sera capable de tenir compte des caractéristiques du « récit d’aventure » pour écrire son texte.
  • L’élève sera capable d’écrire un texte, de le corriger et de l’améliorer.

Fiche élève

Déroulement de l’activité

1 - Un récit structuré

Séance 1 : entrée dans l’activité (1 x 45 minutes)

Lors d’un moment collectif, discuter avec les élèves pour recueillir leurs conceptions initiales sur le « récit d’aventure » : De quoi s’agit-il ? Qu’est-ce qu’un héros ? Connaissent-ils des livres (ou des histoires) dans ce genre ?

  • Possible de prendre comme exemple les livres Harry Potter de J. Rowling ou Le Tour du monde en 80 jours de Jules Verne ou L’Odyssée d’Homère pour activer la discussion.

Relever les points exacts concernant le récit d’aventure en les notant sur une grande feuille ou au tableau.

L’idéal est bien évidemment de combiner ce projet d’écriture avec la lecture de différents textes/livres/BD du genre.

Voici les principales caractéristiques du récit d’aventure: https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Ecriture/06/9/2_RA_C3_Francais_Ecriture_ECRITS_DE_TRAVAIL_591069.pdf

Caractéristiques du récit d’aventure

Le récit ou roman d’aventure est fondé sur l’action et multiplie les péripéties. Le roman d’aventure fait basculer la vie ordinaire d’un personnage en le projetant dans des situations périlleuses. Le héros/l’héroïne perd la maîtrise puis finit par réaliser des actions qu’il/elle ne se croyait pas capable d’accomplir.

Un héros/une héroïne avec des qualités particulières

Ce héros/cette héroïne peut être :
• un/une hors-la-loi : pirate, bandit, voleur/voleuse, etc. ;
• un homme/femme d’armes : chevalier, corsaire, soldat, etc. ;
• un voyageur/voyageuse dans des conditions extrêmes : montagnard/montagnarde, navigateur/navigatrice, aviateur/aviatrice, etc. ;
• un chercheur/chercheuse de trésors, d’exploits à accomplir, etc. ;
• un enfant abandonné ;
• un animal.

Le héros/l’héroïne du roman d’aventure se distingue par des qualités spécifiques qu’il/elle dévoile dans l’adversité :
• son courage et sa bravoure : il/elle ne recule devant rien, ose, prend des risques ;
• sa générosité : il/elle se met au service des plus faibles ;
• sa curiosité : il/elle va toujours de l’avant ;
• son habileté à trouver des solutions ;
• son ingéniosité : il/elle ne peut compter que sur ses propres ressources ou sur celles de la nature.

Une dynamique du récit qui se caractérise par :

• un élément déclenchant : une rencontre, une quête personnelle, un naufrage, etc. ;
• un départ qui marque une rupture avec l’univers familier, ou une transformation de cet uni- vers qui le rend étranger ;
• un dépaysement géographique ou historique : île déserte, forêt, mer, Afrique, Grand Nord, etc. ;
• une succession de péripéties, des épreuves à surmonter, des problèmes à résoudre. Le pas- sage d’un lieu à un autre génère parfois l’accès à une nouvelle maturité ;
• du suspense.

Séance 2 : découverte du document d’aide (1 x 45 minutes)

Expliquer aux élèves qu’ils vont devoir écrire un récit d’aventure de 1 à 2 pages, dans lequel le héros sera, à l’image des hirondelles du dossier, l’animal migrateur de leur choix.

Deux conditions de réussite supplémentaires sont imposées : utilisation d’un dialogue et un bouleversement de l’ordre chronologique (retour en arrière ou anticipation).

Découvrir avec les élèves le document de préparation à l’écriture (01_Éléments de préparation écriture) en prenant le temps d’expliquer toutes les parties du tableau (penser à faire le lien avec les caractéristiques du récit d’aventure vues dans la séance précédente).

Séance 3 : choix et recherches sur un animal migrateur (1 x 45 minutes)

Proposer aux élèves de faire des recherches sur un animal migrateur de leur choix. Ces recherches peuvent se faire sur des encyclopédies, des livres documentaires ou sur internet.

Voici une liste non exhaustive d’animaux migrateurs : Papillons (Belle-Dame, Vulcain…) / tortues de mer / poissons (anguille, saumon, morue…) / oiseaux (cigogne, étourneau sansonnet, grive, grue cendrée, martinet, milan noir, oie cendrée, hirondelle rustique et de fenêtre, coucou gris, rossignol, pigeon ramier, gobemouche, rougequeue…) / mammifère (baleine, noctule commune, pipistrelle de Nathusius …) / invertébrés (criquet migrateur ou à ailes rouges, libellule déprimée, sympétrum sanguin, aeschne, syrphe…) / amphibien (grenouille rousse, crapaud commun, triton…).

Récolter les informations sur une feuille de brouillon. Elles serviront de base pour le voyage inhérent au récit d’aventure.

Séance 4 : remplir le document d’aide (1 x 45 minutes)

Laisser le temps aux élèves de réfléchir à leur récit d’aventure, à imaginer des situations problématiques et/ou anecdotiques pour leur animal.

Demander aux élèves de remplir le document d’aide qui sera une base solide pour la rédaction de leur récit.

Séances 5 et 6 : écriture (2 x 45 minutes)

Demander aux élèves de commencer l’écriture de leur récit d’aventure en s’appuyant sur les informations récoltées et notées et en utilisant le canevas d’écriture (02-Guide de rédaction) mis à disposition : 5 paragraphes structurant le récit et 2 paragraphes dialogue et bouleversement chronologique à insérer par la suite au bon endroit dans le texte.

Séances 7 et 8 : réécriture (2 x 45 minutes)

Guider les élèves dans la réécriture et la correction du récit rédigé préalablement.

Penser à distinguer ce qui appartient au fond et à la forme dans les corrections qui, scindées en deux parties distinctes, seront plus évidentes pour les élèves.

  • Il est tout à fait possible de travailler la réécriture du récit en se concentrant sur un élément précis (dialogue, description, temps de conjugaison… en fonction des points travaillés précédemment en classe).

En parallèle à ces activités d’écriture, il pourrait être intéressant de travailler en conjugaison l’imparfait et le passé-simple et en grammaire les marques du dialogue, afin de créer du sens sur le travail d’écriture demandé. En géographie, un travail sur « se repérer dans l’espace : construire des repères géographiques » pourrait être un atout pour aider les élèves à visualiser les voyages de leur héros.

2 - Un récit créatif

On ne doit pas limiter les activités d’écriture à l’apprentissage de « règles » ou à la mise en œuvre de structures préétablies.

  • S’il est utile de présenter aux élèves des textes fortement « modélisés » (qu’il s’agisse d’écrits fonctionnels, de textes narratifs ou poétiques) qu’il est possible d’imiter, dont on peut emprunter la forme pour de nouvelles productions…
  • … Il est tout aussi important de proposer, à côté de ces modèles, des situations d’écriture qui permettront une approche plus complète et plus complexe de l’activité d’écriture. Des écrits très courts, peu construits, peu « travaillés », sont fréquents même chez les écrivains professionnels : ils n’obéissent pas toujours à des schémas, à des programmes d’écriture préalables et sont le complément nécessaire de projets plus ambitieux qui, eux, demandent des améliorations, des révisions et qui visent un public.

Des activités d’écriture créative permettent à la fois d’explorer la communication écrite sous toutes ses formes et de s’impliquer dans des productions qui font sens.

Il est possible de proposer une consigne d’écriture ouverte de type : « Raconte les aventures de l’animal migrateur de ton choix en insistant sur ce qu’il voit/ressent lors de son voyage. Ton texte comportera 5 à 15 lignes. »

  • On peut imposer alors une contrainte d’écriture comme l’emploi de groupes nominaux enrichis par des adjectifs et des compléments du nom. Les réécritures proposées pourront cibler en particulier ces contraintes grammaticales.
  • Ces écritures devront s’effectuer en présence de toutes les ressources possibles sur les tables des élèves, dans la classe (cahiers d’écriture, documents, ressources informatiques, leçons, textes étudiés…), individuellement ou en binômes.
  • Les productions seront écrites dans le but d’être communiquées.
  • L’évaluation des textes produits proposera un regard différencié selon les compétences et les besoins particuliers de chaque élève. Le chemin parcouru entre les écritures sera la focale évaluée.

Documents à télécharger

01_Éléments de préparation écriture

02_Guide de rédaction

Correction

  • En écriture, on pratique généralement une évaluation normative des productions. Cette évaluation porte sur l’orthographe, la syntaxe, la cohésion et la cohérence narrative. De ce fait, l’enseignant se focalise sur l’écart à la norme qu’il mesure. Pour autant, force est de constater que ce type d’évaluation produit peu d’effets en matière d’apprentissages, constat largement partagé par les enseignants.
  • On peut cependant faire de l’évaluation un outil de progrès, supprimer le stress et les atteintes à l’estime de soi qui l’accompagnent : rendre l’évaluation positive en diversifiant les critères, développer les instances de validation en posant la question des effets du texte sur ses lecteurs, entrer dans une logique de différenciation. On peut encore, pour les plus fragiles, supprimer le risque de démobilisation, voire de décrochage. On peut surtout aller vers une évaluation qui permette de mieux expliciter et partager les moyens de réussir et donc de mieux se construire sur le plan personnel. Le renouvellement du regard des élèves et des enseignants sur la qualité des textes produits peut alors modifier les postures des élèves.

Prolongement

  • Possibilité de produire les textes sous format numérique pour une diffusion au reste de l’école, aux familles, etc.
  • Un peu de légèreté en lisant l’album L’Afrique de Zigomar de Philippe Corentin.

Activités du même niveau

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».